16-07-2020

Avec une diminution progressive de la crise sanitaire et après plus de 2 mois de confinement, l’activité chirurgicale et médicale reprend son cours. Pour la France, selon une étude menée par COVIDSurg, on estime qu’un total hebdomadaire de 58 708 opérations programmées ont été annulées pendant le pic épidémique. Les établissements de santé accueillent de nouveau progressivement les patients qui étaient en attente de leur chirurgie ou de la prise en charge de leurs maladies chroniques. Des mesures d’hygiène et une certaine vigilance de la part de tous les acteurs sont nécessaires pour éviter une seconde vague de l’épidémie.

Maela un outil performant pour la reprise des activités chirurgicales au sein des établissements

Pendant la période du confinement, et durant le pic élevé de contamination de la Covid-19, Maela a proposé sa solution auprès de nombreux établissements de santé pour accompagner les patients à domicile, suspects ou contaminés par le virus.

Aujourd’hui, avec la reprise progressive de l’activité chirurgicale et médicale au sein des établissements, Maela fait preuve d’une capacité d’adaptation face à un virus toujours actif.

Des protocoles adaptés et spécialisés sont proposés sur l’application pour s’assurer que les patients ne soient pas contaminés avant de se rendre au sein d’un établissement de santé. Plusieurs questions leur sont posées, comme par exemple « Avez-vous été en contact avec une personne contaminée ? » ou « Avez-vous des symptômes évocateurs du virus ? ».

Les questionnaires proposés aux patients permettent de les rassurer mais aussi de mieux appréhender leur séjour hospitalier. Les équipes soignantes, ayant aussi accès à la plateforme et aux réponses des patients, sont informées sur leur état de santé et peuvent les accueillir dans les meilleures conditions possibles suite à ce contexte épidémique particulier. Elles ont aussi la capacité d’orienter les patients dans un parcours de soins cohérent avec un lien étroit entre l’hôpital et la ville.

Une efficacité de la plateforme prouvée au sein du CHU Amiens-Picardi

Depuis maintenant 2 ans, Maela travaille avec le CHU Amiens-Picardie en proposant des protocoles adaptés à plusieurs spécialités, notamment en chirurgie du rachis.

Avec la crise sanitaire qui s’est installée dans notre pays, les questionnaires proposés aux patients pour assurer leur surveillance médicale ont été adaptés. Des suivis sont désormais disponibles à J-15, J-5 et J+15 des dates d’interventions chirurgicales des patients. Cette période de surveillance permet aux équipes soignantes de savoir si un patient a été contaminé ou non par le virus. En ayant cette information en amont, des mesures sanitaires et de protection peuvent être mises en place afin de garantir une meilleure sécurité.

En pré-hospitalisation, si un patient est diagnostiqué positif à la Covid-19, l’équipe médicale est informée grâce à l’application Maela et son intervention chirurgicale peut être reprogrammée ou annulée s’il présente un risque trop important.

En post-hospitalisation, le patient est toujours surveillé afin de s’assurer qu’il ne soit pas en contact avec le virus ou qu’il ne présente pas certaines complications post-opératoires. S’il est positif au virus, les équipes médicales sont informées et peuvent prendre les mesures nécessaires pour se protéger (dépistage, mesures sanitaires…). L’entourage du patient est aussi informé afin d’éviter toute propagation de la maladie.

Avec un suivi sur le long terme en pré et post-hospitalisation, les patients sont moins inquiets et peuvent contacter les équipes de soignantes à tout moment grâce à un plateau infirmier Maela disponible 24h/24 et 7j/7.

Favoriser l’ambulatoire et la Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (RAAC)

En essayant au mieux de favoriser la prise en charge ambulatoire, le temps de séjour hospitalier de chaque patient est diminué et le taux d’infection au Covid-19 est limité. Les soignants, qui prennent en charge les patients hospitalisés, doivent aussi éviter d’être contaminés au virus en limitant les contacts avec ces derniers. Privilégier l’ambulatoire permet aussi de libérer des lits hospitaliers si une deuxième vague touchait le pays. Cela réduit, de plus, les risques de contagion et sécurise le parcours chirurgical des patients non Covid ou Covid +.

En mettant en avant la RAAC, qui a déjà fait ses preuves dans de nombreuses spécialités, les patients peuvent sortir plus rapidement de leur hospitalisation en étant totalement impliqués dans leur réhabilitation. En diminuant le séjour hospitalier, le risque de contamination pour le patient est nettement réduit.

La flexibilité de la plateforme Maela a pu être prouvée pendant le pic de la crise sanitaire et elle continue de s’adapter à cette crise en proposant des protocoles personnalisé par les équipes médicales des différents établissements de santé.